En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
09/02/2016
Rédaction 
Indicateurs 

2015 est une bonne année pour les créations « classiques »

Mais nettement moins bonne pour les autoentrepreneurs (-21%).
2015 est une bonne année pour les créations « classiques » (+13%), nettement moins bonne pour les autoentrepreneurs (-21%), se traduisant par un recul de 4,7% de l'ensemble des créations.

Si l'on observe le nombre total de créations annuelles depuis 2011, celui-ci a assez peu varié (indice 100 pour 2015, variant de 102 à 105 pour les années précédentes) ; toutefois le nombre d'entreprises « classiques » a progressé (indice entre 80 et 89 puis 100 en 2015), alors que celui des autoentrepreneurs régressait (indice entre 138 et 123 puis 100 en 2015), tout comme l'importance du nombre des autoentrepreneurs dans la création totale, passant de  55,9% en 2012 à 42,6 en 2015) :

création entreprise tableau

Pour l'analyse des évolutions, le choix des années a consisté à ignorer 2009 et 2010, années de mise en route du régime des autoentrepreneurs, faussant l'observation.


En ce qui concerne les activités, les transports manifestent de fortes progressions dans les 2 types de création (entre +43 et +48%), notamment du fait de l'ubérisation et des livraisons de colis à domicile.

La majorité des activités progressent, mais seulement en tant qu'entreprises « classiques » et régressent au sein des autoentrepreneurs, notamment dans le commerce, les cafés-hôtels-restaurants, les services aux entreprises mais aussi dans les activités financières/assurances et l'immobilier. Par contre, la construction connait une régression dans les deux types de création, bien plus au sein des autoentrepreneurs.

Analyse André LETOWSKI à partir des données INSEE, Et « Léger regain des créations d'entreprises en décembre 2015 », Insee conjoncture, Informations rapides N° 9, janvier.
Sur le même thème