En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
01/05/2017
André Letowski 
Indicateurs 

Les créations nouvelles à 5 ans affichent un taux moyen de pérennité de 60 %

Analyse de notre expert.

Analyse de notre expert sur l'étude "Les entreprises créées en 2010 : plus pérennes que celles créées en 2006, touchées par la crise" - Insee Première N°1639, mars 2017

En 2010, 264 000 créations d’entreprises ont été enregistrées en France (hors auto-entrepreneurs) ; 5 ans après, 60% sont encore actives, contre 52% pour celles crées en 2006 et 53% en 2002. Les nouvelles entreprises de 2010 ont plus fréquemment des caractéristiques favorables à la pérennité : plus de sociétés (61% contre 47), un investissement initial plus élevé (13% ont mobilisé 80 000€ ou plus, contre 7%). Cette évolution de profil des entreprises créées entre les cohortes 2002, 2006 et 2010 s’explique partiellement par la mise en place du régime de l’auto-entrepreneur en 2009.

Au cours des 3 premières années le taux de pérennité chute de 10 points, puis de 7 et de 4 pour la 4ème et 5ème année en ce qui concerne la génération 2010 :

taux perinnete

Le taux de pérennité est favorable aux entreprises en société et aux professions libérales (entre 66 et 74% à 5 ans), mais moins favorable pour les entreprises sous forme de personne physique, notamment pour les commerçants (42% contre autour de 50% pour les artisans et les artisans commerçants) ; noter la faible pérennité des agents commerciaux (30%), un « lieu de passage ».

taux perrineté G 2010

De même le taux de pérennité à 5 ans est plus favorable aux activités « intellectuelles » (services aux entreprises, santé, éducation) avec des taux de l’ordre de 65 à 75% à 5 ans, alors qu’il l’est beaucoup moins pour les activités plus traditionnelles, et plus « physiques », telles la construction, le commerce, les services à la personne (entre 52 et 61%); là encore le décalage entre création en société et personne physique est nette, quelque soit l’activité :

taux perinneté à 5 ans

Le montant des capitaux de départ est lui aussi signifiant (taux plus faible pour des montants de capitaux faibles avec 54%, taux bien plus élevé, 72% pour un montant d’au moins 80 000€) :

taux perinnete

Enfin en ce qui concerne l’emploi (1er semestre 2010), on constate une perte d’emploi entre le flux de démarrage  et la situation 5 ans après, mais l’emploi salarié s’est accru de 65%, malgré la disparition de 40% des entreprises et de 50% des non salariés (parmi lesquels on trouve notamment des conjoints) :

perinnete entreprise


Tout comme pour les taux de pérennité, le flux d’emploi est positif
(écart entre le flux de démarrage et le flux 5 ans après) pour les activités « intellectuelles » et négatif pour les activités « traditionnelles » et beaucoup plus « physiques » :

evolution emploi

La pérennité d’un projet dépend également de la capacité de son créateur à faire face aux difficultés et à les anticiper: un créateur sans expérience dans son nouveau métier a 56% de chances de perdurer au moins 5 ans,contre 65% pour un créateur qui a plus de dix ans d’expérience dans un métier identique. En 2010, seuls 37% des créateurs se lancent dans une activité différente de leur métier principal (contre 43% en 2006). 30% des créateurs 2010 ont plus de 10 ans d’expérience, contre seulement 25% en 2006.

Enfin, il y a peu de différences de pérennité selon le niveau de diplôme, excepté pour les diplômés du troisième cycle (54% vs 69%).


Source : Sine, dispositif permanent d’observation d’une génération de nouvelles entreprises tous les 4 ans. Parmi les 138 000 entreprises, hors auto-entrepreneurs, créées au premier semestre 2010, 118 000 unités sont incluses dans le champ de l’enquête, qui couvre l’ensemble des activités économiques marchandes non agricoles. L’échantillon utilisé pour les enquêtes relatives à la génération 2010 contient 52 000 entreprises, qui ont été enquêtées à trois reprises : en 2010, en 2013 et en 2015.

 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème