En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
11/10/2017
Rédaction 
Indicateurs 
Business 

Peu d’auto-entrepreneurs encore actifs après 5 ans

Moins d’un quart des auto-entrepreneurs sont encore actifs au bout de 5 ans.

D’après les chiffres publiés par l’Insee, seuls 23 % des auto-entrepreneurs déclarés en 2010 sont encore actifs sous ce régime cinq ans après. Grâce aux avantages fiscaux de ce régime, de nombreux auto-entrepreneurs se sont immatriculés sous ce statut après son instauration en 2009. Ainsi en 2010, 360 000 auto-entrepreneurs se sont immatriculés sous ce régime, soit 58 % des créations de l’année (40 % en 2016) et près de 80 % des nouvelles entreprises individuelles (61 % en 2016).

Etant donné la facilité d’immatriculation en tant qu’auto-entrepreneur, plusieurs créateurs d’entreprise ont entrepris les démarches sans pour autant démarrer leur activité. Ainsi, selon l’Insee, sur 100 auto-entrepreneurs immatriculés au premier semestre 2010, 38 ont été radiés car jamais actifs. En revanche, 62 ont réellement commencé leur activité économique, et 23 étaient encore actifs sous ce régime cinq ans après. En comparaison, la pérennité à cinq ans pour les entreprises classiques est de 60 % et de 50 % pour les entrepreneurs individuels.

Cette pérennité varie en fonction du secteur d’activité. Ainsi, c’est dans les activités de services aux ménages qu’on trouve le plus d’auto-entrepreneurs encore actifs au bout de cinq ans. La part d’auto-entrepreneurs encore actifs après cinq ans est de 46 % dans la santé humaine et l’action sociale, et elle est de 35 % dans l’enseignement. A contrario, elle n’est que de 19 % dans le commerce, de 12 % dans le secteur des transports et entreposage et de 9 % dans celui des activités financières et d’assurance.

La pérennité augmente également avec l’âge de l’auto-entrepreneur. Ainsi, c’est chez les plus de 50 ans qu’elle est la plus élevée (31 % encore actifs sous ce régime après cinq ans) selon les chiffres de l’Insee. Chez les auto-entrepreneurs qui avaient moins de 30 ans lors de leur immatriculation, 16 % sont encore actifs sous ce régime cinq ans plus tard, contre 21 % chez les 30-39 ans et 28 % chez les 40-49 ans.

D’autre part, la longévité est plus importante chez les femmes, puisque 26 % sont encore actives sous ce régime au bout de cinq ans contre 22 % pour les hommes. L’Insee explique cette différence par le type de secteur choisi. En effet, les femmes sont plus nombreuses dans les activités où la pérennité est la plus importante (notamment dans la santé humaine et l’action sociale (72 %) et dans l’enseignement (44 %)).

En revanche, le niveau de diplôme et les moyens financiers engagés à la création de l’entreprise n’ont pas vraiment d’incidences sur la pérennité des auto-entrepreneurs, contrairement aux entrepreneurs individuels classiques dont les chances de longévité croissent avec les montants investis.

Concernant le chiffre d’affaires annuel moyen des auto-entrepreneurs, celui-ci était de 10 200 € à fin 2015, en baisse de 400 euros comparé à 2012. Ce chiffre d’affaires est beaucoup moins important que celui des créateurs individuels classiques. Ainsi, 3 % des auto-entrepreneurs dégagent plus de 32 600 € de chiffre d’affaires contre 56 % pour les entrepreneurs individuels classiques.

Source : Insee « Auto-entrepreneurs immatriculés en 2010 : cinq ans après, moins d’un quart sont encore actifs ».

Sur le même thème