En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
04/05/2018
Rédaction 
Business 
Ailleurs 

Les ETI craignent la montée du protectionnisme mais restent optimistes

Selon un sondage, près de la moitié des entreprises françaises ressent une hausse des mesures protectionnistes des Etats.
La banque en ligne HSBC a interrogé 6 033 entreprises de taille intermédiaire dans le monde sur les tendances du commerce international. L’étude révèle que 61 % des entreprises estiment que leurs gouvernements deviennent plus protectionnistes. Une impression plus marquée encore dans les entreprises implantées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (70 %) ainsi qu’en Asie (68 %).

En France, 49 % des entreprises sondées ont ce sentiment et 30 % anticipent une hausse des coûts liés aux échanges internationaux. Par conséquent, près de 1/4 des entreprises (24 %) envisagent d’implanter des filiales à l’étranger.

Malgré ce sentiment, la majorité des entreprises reste optimiste pour le développement de leur entreprise à l’étranger, puisque 77 % anticipent une augmentation des échanges internationaux. Parmi elles, 33 % s’attendent à une hausse de leurs produits, 31 % estiment qu’elles bénéficieront de conditions économiques favorables et 22 % pensent que l’usage des nouvelles technologies sera plus intensif.

En France, 66 % des entreprises interrogées s’attendent à une hausse des volumes échangés à l’international en 2018. Les pays qu’elles considèrent comme moteurs de croissance à l’international sont les Etats-Unis (16 %), l’Allemagne (13 %), l’Italie (10 %) et la Belgique (8 %).

Concernant le Brexit, les entreprises françaises sont plutôt mitigées. 30 % pensent que les échanges commerciaux vont diminuer et autant pensent, au contraire, qu’ils vont augmenter.

D’autre part, la plupart des entreprises sondées se développent dans leur région d’origine. Ainsi, 74 % des entreprises situées en Europe et en Asie-Pacifique exercent sur leur continent. 54 % des entreprises européennes pensent que c’est sur leur continent qu’elles connaitront la plus grande croissance dans les 3 à 5 prochaines années.

En France, l’exportation sera portée essentiellement par les équipements industriels et de transport qui, ensemble, représenteront 55 % des biens exportés sur la période 2021-2030.
Sur le même thème