En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
11/06/2019
Rédaction 
Indicateurs 

Bretagne : des dirigeants résistant au stress

Pour la 5e année, la Fondation MMA dévoile les résultats de son étude sur l’état de forme physique et mentale des entrepreneurs de PME en Bretagne.
Les dirigeants de la région montrent une véritable résistance au stress comparé au niveau national. Cependant, ils éprouvent des difficultés à préserver leur équilibre entre vie privée et professionnelle. Ainsi, plus de 4 entrepreneurs bretons sur 10 ne parviennent pas à concilier les deux (42 %).

Cette situation entraine chez eux un sentiment d’isolement dans leur fonction de dirigeant (28 %). Pourtant, 91 % se sont lancés dans l’entrepreneuriat par choix et par envie de saisir une opportunité.

Les dirigeants bretons moins stressés qu’au national
En Bretagne, 6 dirigeants sur 10 se disent touchés par le stress quotidiennement, un taux inférieur à la moyenne nationale (70 %). Près d’¼ des entrepreneurs de la région ne se sent « pas du tout touché » par le stress (23 % contre 14 % au national), une résistance au stress marquée dans la région.

Les sources de stress sont liées principalement à une surcharge significative de travail (58 %), à un manque de trésorerie (47 %) et à des incertitudes liées à l’activité (42 %).

¼ des dirigeants de la région travaille plus de 60 heures par semaine, un temps important par rapport au niveau national (26 % contre 21 %).

Une bonne santé malgré quelques maux
Les entrepreneurs bretons s’estiment en bonne santé. En effet, 92 % des interrogés disent avoir une bonne santé mentale et 80 % une bonne santé physique.

Cependant, les douleurs articulaires et les migraines sont toujours présentes pour respectivement 57 % et 28 % des dirigeants.

Des troubles du sommeil marqués
Au-delà des maux physiques, plus de 3 dirigeants bretons sur 10 font état de troubles du sommeil (33 %). Un taux légèrement supérieur à l’échelle nationale (31 %). La conséquence de ce phénomène est un sentiment de fatigue pour 14 % des dirigeants bretons.



 
Sur le même thème