En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
23/07/2019
André Letowski 
Etudes 

-3,1 % de défaillances par rapport au 2e trimestre 2018

Les liquidations directes ont baissé de 4,4 % au regard de 2018 alors que les redressements judiciaires ont progressé de 0,3 %.
Les défaillances étaient au 2e trimestre 2015 au nombre de 14 411, de 12 925 au 2e trimestre 2017 et 12 347 au 2e trimestre 2019 ; la baisse a été de 7,1 % comparé à la moyenne des 5 dernières années. Le nombre de défaillances d’entreprises enregistré ce trimestre est comparable à celui du 2e trimestre 2008 : jamais il n’avait été aussi bas.
Les emplois menacés (41 000 en 2019) au regard de 2018 ont un peu augmenté
(+0,2 %), mais baissé de 7,7 % au regard de la moyenne des 5 dernières années.

Les liquidations directes ont baissé de 4,4 % au regard de 2018 et de 7,7 % au regard des 5 dernières années, alors que les redressements judiciaires ont progressé de 0,3 % au regard de 2018 et baissé de 4,5 % au regard des 5 dernières années ; les règlements judiciaires ont progressé de 7 % dans les entreprises défaillantes d’au moins 16 ans d’ancienneté.

La comparaison des 2e trimestres 2019 avec 2018 montre une baisse très favorable pour les 10-99 salariés (-14,3 %), modeste pour les moins de 10 salariés (94 % des défaillances) avec un taux de -2,5 % , mais bien plus favorable pour les 3-5 salariés (-12,8 %) que pour les moins de 3 salariés (-0,6 %). Par contre, il y a hausse pour les 100 salariés et plus (+62,5 %), mais le nombre de défaillances y est très faible (39 vs 24 en 2018) ; cet écart doit donc être relativisé.
La comparaison des 2e trimestres 2019 avec 2018 montre aussi une baisse favorable pour les moins de 3 ans d’ancienneté (-8,8 %), vs -1,4 % pour les 3-5 ans, -2,8 % pour les 6-10 ans, -4,8 % pour les 11-15 ans et une progression de 0,3 % pour les plus de 15 ans.

En termes d’activité, certains services ont connu de nettes hausses, tels les services administratifs, sécurité, nettoyage et gestion aux entreprises (+15,3 % et 926 défaillances), les activités immobilières (+9 % et 472 défaillances) dont +40 % pour la promotion immobilière (49 défaillances), les transports (+6,4 % et 516 défaillances), et le commerce de gros (+5 % et 610 défaillances).

Par contre, au sein des services, 3 groupes d’activités ont connu de nettes baisses, tels les services aux particuliers (-10 % et 478 défaillances), les services aux entreprises (activités spécialisées, scientifiques et techniques avec -8 % et 266 défaillances) et les HCR (-7,8 % et 1 618 défaillances). Ajoutons le commerce de détail avec -7,3 % et 2 062 défaillances, et les boulangeries-pâtisseries (-16,5 % et 264 défaillances).

Les autres activités ont connu des écarts plus faibles telles le bâtiment (-4,2 % et 2 746 défaillances), la santé/éducation (-3,4 % et 720 défaillances), l’industrie hors IAA avec -0,7 % et 458 défaillances et l’informatique-communication (+0,3 % et 336 défaillances).

Pour en savoir davantage : https://blog.altares.com/2019/07/11/etude-defaillances-et-sauvegardes-dentreprises-t2-2019/

"Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France, 2e trimestre 2019", Altares, juillet 2019
Sources : les statistiques Altares de défaillances d’entreprises comptabilisent l’ensemble des entités légales disposant d’un numéro siren (entreprises individuelles, professions libérales, sociétés, associations) et ayant fait l’objet d’un jugement d’ouverture de procédure prononcé par un Tribunal de Commerce ou de Grande Instance. Altares est également licencié officiel du B.O.D.A.C.C. (Bulletin Officiel d’Annonces Civiles et Commerciales) depuis 1987.
Définition : la défaillance d’entreprise correspond à l’ouverture d’une procédure de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire directe auprès d’un Tribunal de Commerce ou de grande instance. Cela ne recouvre donc ni les procédures amiables (mandat ad ’hoc ou conciliation) ni les suites d’ouverture (arrêt de plan ou conversion en liquidation). Chaque année, en moyenne, les 2/3 des Redressements Judiciaires ouverts sont convertis en Liquidations Judiciaires.
Noter qu’1/3 des sociétés commerciales défaillantes âgées de plus de deux ans est en retard ou en défaut de publication des comptes annuels; 1/3 a publié mais sous forme confidentielle et donc seul 1/3 était publié en toute transparence.
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème