En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
19/10/2019
Rédaction 
Indicateurs 

Des entrepreneures heureuses

Selon une récente étude, les entrepreneures françaises sont épanouies et voient l’entrepreneuriat comme un véritable défi.
D’après l’étude réalisée par la Caisse d’Epargne et le Credoc*, 60 % des entrepreneures européennes s’estiment heureuses dans leur vie actuelle. Elles sont encore plus nombreuses en France (78 %) et en Suède (83 %). Si elles sont heureuses dans leur vie d’entrepreneure, c’est notamment parce qu’elles ont choisi de devenir leur propre patron. Ainsi, c’est un choix pour 8 Françaises sur 10. En revanche, cette situation est subie pour 36 % des Italiennes qui se sont lancées dans l’aventure avant tout par nécessité, contre 14 % des Suédoises.

La principale raison qui a motivé ces entrepreneures à créer leur entreprise est le fait de ne plus avoir de chef (42 % des Françaises), suivie par le fait de prendre en main leur destin professionnel (39 % des Françaises et 55 % des Britanniques). En revanche, les Suédoises créent davantage leur entreprise pour concrétiser un projet (39 %).

Près d’un tiers des entrepreneures françaises ont décidé de créer leur entreprise suite à un événement professionnel comme un licenciement ou une mobilité, contre 37 % pour les Allemandes et Suédoises. Les Italiennes ont surtout eu le « déclic » après un évènement relatif à leur vie privée tel qu’un mariage, un divorce ou un décès (39 %). C’est moins le cas pour les Françaises (19 %). La majorité des entrepreneures françaises sont des créatrices (67 %). Elles sont tout de même 30 % à avoir repris une entreprise déjà existante ; c’est plus du double de la moyenne européenne. Alors que les entrepreneures européennes financent surtout leur entreprise grâce à leur apport personnel, les entrepreneures françaises optent pour l’emprunt bancaire (56 %).

L’étude montre que ces femmes ont souvent émis des doutes au moment du lancement de leur entreprise. Seules 41 % des entrepreneures françaises et 29 % des britanniques avaient confiance en elles lorsqu’elles ont lancé leur entreprise.

En ce qui concerne l’accompagnement de leur projet, 39 % des Françaises aimeraient bénéficier d’une formation pour les aider dans le lancement et la gestion de leur entreprise. Plus de 6 sur 10 souhaiteraient avoir des conseils juridiques, fiscaux et comptables. Enfin, les ¾ d’entre elles n’ont pas eu de soutien de la part des réseaux d’accompagnement lors du lancement de leur activité.

Côté collaborateurs, la majorité des entrepreneures françaises n’emploie pas de salariés (61 %). Seules 8 % comptent au moins 6 salariés contre 13 % en Allemagne. De plus, seules 16 % envisagent de recruter dans les cinq années à venir. Pour développer leur entreprise, les Françaises attendent notamment une baisse des impôts et des charges
(45 %).

* Etude Caisse d’épargne et Crédoc « Femmes et Business en Europe » réalisée en juillet 2019 auprès de 2 500 entrepreneurs femmes et hommes, âgés de plus de 18 ans, à temps plein, hors micro-entreprises en Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni et Suède.
Sur le même thème