En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
10/03/2020
André Letowski 
Emploi 

Les TPE emploient 3,3 millions de salariés (19 % des salariés du privé)

42 % des TPE employeurs ont au moins 3 salariés et emploient 72% des salariés de ces TPE.


Au 31 décembre 2018, les très petites entreprises au sens unités légales regroupent 19% de l’emploi salarié du secteur privé et 28% des emplois si l’on intègre les non-salariés ce que les données Dares prennent plus que rarement en compte. 

Répartition des TPE employeurs et de leurs salariés

Plus d’un million d’entreprises de 1 à 9 salariés emploient 3,3 millions de salariés (hors intérimaires et stagiaires, mais comprenant les chef d’entreprise salariés non différenciés ici). 58 % des TPE employeurs ont au plus 2 salariés, alors que 14 % ont 6 salariés et plus.

Noter que les TPE avec un seul salarié (38 % des TPE employeurs) sont particulièrement implantées dans l’enseignement, la santé, les activités immobilières et les services aux entreprises (autour de 50 % des TPE employeurs) vs 23,5 % dans l’industrie, et 31-33 % dans le commerce/HCR/transports et la construction.

Les TPE emploient en moyenne 3 salariés. Les 3/4 des salariés sont dans des entreprises de 3 salariés et plus.

 

27,5 % des salariés sont à temps partiel, 13,2 % en CDD et par ailleurs 6,5 % en emploi aidé.



En termes d’activité, 37,3 % des salariés sont localisés dans le commerce et les HCR, 19 % dans les services aux entreprises, 15,2 % dans des services aux personnes et 14,2 % dans la construction. Ceci étant l’information donnée est peu propice à l’analyse (le commerce est regroupé avec les HCR et les transports, les activités des services aux personnes elles sont aussi trop regroupées, l’industrie comprend sans les isoler l’agro-alimentaire qui sont essentiellement des boulangeries-pâtisseries).


Les salariés à temps partiel (27,5% des entreprises)

Après une hausse à la fin des années 2000, la part des salariés des TPE à temps partiel baisse, passant de 28,9 % en décembre 2012 à 27,5 % en décembre 2018 (elle était de 34,3 % en 2000 mais avec un calcul différent).

La proportion de salariés à temps partiel (27,5 %) reste supérieure à celle des entreprises de 10 salariés ou plus (17,6 %).


Elle s’échelonne de 10,8 % dans la construction à 52 % des salariés dans les activités santé/éducation et 42 % dans les services aux personnes, les autres secteurs s’échelonnant entre 26 et 29 %.

Le recours au temps partiel décroît avec la taille de l’entreprise. La proportion de salariés à temps partiel est de 42,7 % dans les entreprises avec un seul salarié, 21,2 % dans celles employant entre 6 et 9 salariés, et 17,6 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus. 

Les salariés en CDD (13,2% des salariés des TPE ou 440 000 salariés)

Mais 24,3 % des TPE (280 000 entreprises) emploient des salariés en CDD.

Après un repli au cours des années 2000 (16,1% en 2000 à 13,3% en 2008), on observe une hausse (de 11,7% en 2011 à 13,2 % en, 2018) ; noter que depuis 2009 le mode de calcul a changé.

Le recours aux CDD est plus répandu dans les TPE que dans les entreprises de taille plus importante : dans les entreprises de 10 à 19 salariés, il est de 9,9 % (vs 13,2 en moyenne).

La part de salariés en CDD est un peu plus importante dans les services aux personnes (20 %) et l’industrie (14,9 %) vs 9 à 15 % dans les autres secteurs.

Au sein des TPE, près de la moitié des salariés en CDD occupent plus spécifiquement un emploi aidé (alternance ou contrat aidé) ; hors emplois aidés, la part de salariés en CDD reste stable, à 7,1 % fin 2018 ; elle est stable dans les TPE de la construction et de l’industrie, passant de 5,7 % en 2017 à 6 % fin 2018.

Les emplois aidés (6,5 % des salariés, dont 4,7 % au titre de l’apprentissage)

Les emplois aidés dans les TPE sont surtout des contrats d’apprentissage (73,2%) ou de professionnalisation (15,5%), puis des contrats tels les CUI, PEC, emploi d’avenir, emploi tremplin avec 11,3 %. L’industrie et la construction recourent davantage à l’apprentissage, le tertiaire aux contrats de professionnalisation, notamment dans les « activités financières et d’assurances » ainsi que dans les « activités de l’information et de la communication ». Les autres formes d’emploi aidé sont plus fréquentes dans le secteur tertiaire, plus particulièrement dans l’éducation et la santé ainsi que dans les « arts, spectacles ou autres activités de service».

14 % des TPE (163 000 entreprises) recourent aux emplois aidés. Les 3/4 de ces entreprises n’ont qu’un seul salarié en emploi aidé et une TPE sur huit employant un emploi aidé l’a comme unique salarié. Ce sont principalement des TPE des « arts, spectacles et activités récréatives » employant un CUI-CAE/PEC, des entreprises de la restauration traditionnelle ou du secteur de la construction recourant à un apprenti.

Les emplois aidés reculent : ils étaient 8,4 % en 2009, mais entre 15 et 19 % en 2000-2001 (certes avec une autre modalité de calcul). Le recul s’explique notamment par la suppression des contrats de génération en 2017 et des emplois d’avenir en 2018.

Ils sont, en proportion, plus nombreux dans les TPE de l’industrie (9,7 % des salariés) et de la construction (7,8 %) que dans l’ensemble du tertiaire (5,9 %).

Le temps de travail

En décembre 2018, la durée hebdomadaire moyenne de travail déclarée dans les TPE est de 36,3 heures. Elle est stable par rapport à 2017 et reste très légèrement en deçà de celle des entreprises de 10 à 19 salariés (36,5 heures).

Les salariés à temps complet des TPE sont moins nombreux que les autres salariés à travailler moins de 36 heures par semaine
: 66,3 % contre 67,4 % dans les entreprises de 10 à 19 salariés, et 82,8 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus. Ils ont plus fréquemment une durée hebdomadaire de travail supérieure à 39 heures : 24,5 % contre 8,8 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus.

2,4 % des salariés des TPE sont sous le régime du forfait jour ; ils n’ont donc pas de durée hebdomadaire fixe de travail. La plus grande partie de ces salariés (88,6 %) travaille dans le tertiaire, principalement dans les activités de commerce, de transports, d’hébergement et de restauration et les activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien.

La durée hebdomadaire moyenne de travail des salariés à temps partiel diminue très légèrement, passant de 18,2 heures fin 2017 à 18 heures fin 2018. La part des salariés des TPE à temps partiel effectuant moins de 24 heures par semaine est de 65,8 % en 2018. Elle concerne surtout les activités immobilières et les services aux entreprises.

Les femmes sont 49% des salariés des TPE

Elles sont proportionnellement plus nombreuses (49 %) que dans l’ensemble des entreprises du secteur privé (44 %).
Les femmes sont moins nombreuses dans les entreprises aux effectifs les plus élevés : 44,8 % dans les 6 salariés et plus, vs 56 % dans les entreprises avec un seul salarié.

Elles sont largement majoritaires dans l’éducation et la santé (80%), dans les arts, spectacles ou autres activités de service » (68%), les activités immobilières (68%); elles sont sous représentées dans les secteurs de l’industrie (38%) et de la construction (15%).

Comme dans l’ensemble des entreprises, les femmes sont plus souvent à temps partiel que les hommes (40,6 % vs 15 pour les hommes), mais moins souvent en CDD (12,2 % contre 14,1).

Elles sont un peu moins présentes au sein des contrats aidés dans l’apprentissage (64 % vs 80 pour les hommes), mais davantage dans les contrats de professionnalisation (21 % vs 12) et les autres contrats aidés (15 % vs 8).


En termes de temps de travail, les femmes à temps complet sont plus souvent sous les 35 heures (75 % vs 66 pour les hommes).



Quand elles sont à temps partiel, 35 % font moins de 16 heures, 28 % entre 16 et 24 heures et 37 % 24 heures ou plus ; la durée moyenne hebdomadaire este de 18,5 heures (vs 16,9 pour les hommes).

Focus sur l’artisanat : 36,4 % des TPE employeurs (425 000) et 39 % des salariés (1,3 million de salariés)

Les TPE de l’artisanat emploient en moyenne 3 salariés, comme l’ensemble des TPE ; cependant, elles sont relativement moins nombreuses à n’en avoir qu’un seul salarié (33,3 % contre 41 % pour les TPE hors artisanat).

94,6 % des TPE de la construction et 87,5 % des TPE de l’industrie sont des entreprises de l’artisanat. Elles sont également très présentes dans le regroupement « autres activités de service » (39,5 % des TPE) ; il s’agit principalement de pressing et de coiffure/soins de beauté. Elles le sont peu dans le tertiaire (22 % des TPE, mais 31 % des salariés).

La proportion de femmes parmi l’ensemble des salariés des TPE de l’artisanat est de 34 % contre 48,6 % pour l’ensemble des TPE.

Dans les TPE artisanales du secteur tertiaire, où la part des femmes salariées est la plus élevée (47 %), elles travaillent principalement dans les activités de commerce de détail, de nettoyage courant des bâtiments, de coiffure et de soins de beauté. Dans les TPE artisanales de l’industrie, la part des femmes salariées est de 38 % ; elles travaillent principalement dans les activités de boulangerie et de boulangerie-pâtisserie (classées comme industries alimentaires).

Les salariés des TPE de l’artisanat ont un peu plus souvent un contrat à durée déterminée (15,3 % contre 11,9 % pour les TPE hors artisanat). Ils bénéficient plus souvent d’un emploi aidé (9,6 % contre 4,6) ; 96,4 % de ces emplois aidés s’effectuent dans le cadre d’une formation en alternance (apprentissage ou contrats de professionnalisation).

Avec 107 000 apprentis, les TPE de l’artisanat emploient 68,2 % de l’ensemble des apprentis des TPE. Les femmes apprenties sont moins souvent dans une entreprise artisanale : trois apprentis de l’artisanat sur dix sont des femmes, contre un sur deux dans les entreprises non artisanales.

Près de la moitié des apprentis des TPE artisanales travaillent dans une entreprise du secteur tertiaire (commerce et réparation d’automobiles, pressing, coiffure et soins de beauté). Pour les apprentis des TPE non artisanales, les secteurs d’activité des entreprises sont principalement la restauration et le commerce de détail.

Le temps partiel est moins fréquent dans les TPE de l’artisanat. 19,4 % des salariés de ces entreprises sont à temps partiel contre 32,6 % dans les TPE hors artisanat.

Pour en savoir davantage : https://dares.travail-emploi.gouv.fr

Source : "L’emploi dans les très petites entreprises fin 2018 39 % de leurs salariés travaillent dans une entreprise de l’artisanat", Dares Résultats N°004, février 2020
Méthodologie : le dispositif d’enquêtes sur l’Activité et les conditions d’emploi de la main-d’œuvre (Acemo) comprend une enquête annuelle sur les très petites entreprises (TPE). Celle-ci recueille des informations globales sur l’entreprise : convention collective appliquée, recours aux heures supplémentaires, nombre de salariés et de non-salariés, dispositifs d’épargne salariale, etc.; pour chaque salarié de l’entreprise, sont collectées des informations sociodémographiques (catégorie socioprofessionnelle, sexe), des informations sur la forme d’emploi (libellé d’emploi, temps complet ou partiel, contrat à durée déterminée ou indéterminée, emploi aidé), sur la durée du travail et sur le fait d’être bénéficiaire ou non de la revalorisation du Smic.
La base de sondage de l’enquête TPE de mars 2019 comporte un peu plus d’un million d’entreprises.
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème