En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
23/04/2020
André Letowski 
Business 

Le portrait des entreprises et des entrepreneurs défaillants

Le profil des entreprises défaillantes en 2019 à partir des 3 sources évoquées ci-dessus. Des données qui seront utiles dans quelques mois après la reprise économique.

 Le profil des chefs d’entreprise

  • Les âges : les 3 sources offrent une assez grande proximité avec en moyenne les 3/4 entre 30 et 60 ans (24 % 31-40 ans, 28,5 % 41-50 ans et 25 % 51-60 ans).
     
  • Le sexe : seule l’étude Xerfi (ne prend pas en compte l’Alsace et la Moselle) donne un chiffre (23 %).

Le profil des entreprises

  • L’ancienneté des entreprises : seul le rapport annuel Altares le donne ; 52 % avaient de 3 à 10 ans d’ancienneté, 30 % plus de 10 ans et 17 % moins de 3 ans.
     
  • La tranche de taille des effectifs : 75 % ont moins de 3 salariés, 13 % de 3 à 5 salariés et 2,3 % plus de 20 salariés.
     
  • La forme juridique : 50 à 60 % selon les sources sont des SARL, 30 % des SAS et SA et 8 à 15 % des entreprises individuelles.
 
"Entrepreneurs privés d’emploi en 2019", Altares, GSC, lu mars 2020
Source : l’observation des liquidations judiciaires en 2019 (je suppose qu’il s’agit de la base de données Altares qui regroupe l’ensemble des données relatives aux défaillances)
L’intérêt de cette étude :
– Un partenariat GSC et Altares : Altares étant la meilleure source d’information, poussé à exploiter des données qu’ils ne publiaient pas dans leurs rapports sur les défaillances et donc de disposer de quelques éléments sur l’âge des chefs d’entreprise concernés.
– J’ai procédé à une comparaison des données Altares/GSC, Altares (publication annuelle sur les défaillances), et étude Xerfi des greffes des tribunaux de commerce pour conforter les résultats.
Deux limites :
-Aucune enquête n’a été faite pour mesurer ceux qui auraient simultanément un autre emploi que celui de chef d’entreprise défaillante (sans doute un petit nombre faussant peu le résultat global).
-Plus important, aucun travail sur ceux qui ont cessé pour de raisons économiques sans passer par la case défaillances.
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème