En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
27/04/2020
André Letowski 
Indicateurs 

Une perte de 49 % sur le champ de l'économie marchande et de 35 % sur la consommation

La consommation des ménages a moins faibli que la production du secteur marchand.
Au 23 avril 2020, nous estimons ainsi que l’économie française fonctionne 35 % en-dessous de la « normale ». Sur le seul champ marchand, la perte est estimée à –41 %, et même à –49 % en excluant les loyers, composante peu sensible à court terme aux évolutions de l’activité. La consommation des ménages serait quant à elle inférieure de 33 % à sa normale. Ces estimations suggèrent un très léger regain d’activité ces dernières semaines, en particulier dans l’industrie et le bâtiment, où certaines entreprises auparavant à l’arrêt ont sans doute pu reprendre une partie de leur activité après avoir mis en place une organisation garantissant la sécurité sanitaire de leurs salariés. 

Dans les branches agricoles, la perte d’activité s’accentuerait légèrement (–13 % contre –10 % au 9 avril 2020). À l’inverse, dans l’industrie et la construction la perte d’activité est un peu moindre (–39 % contre –43 % dans l’industrie et –79 % contre –88 % dans la construction).

Dans les services marchands, la perte d’activité demeure stable autour de 38 % ; dans l’information-communication, l’activité est à 66 % de la normale (soit une perte d’activité de 34 %) et la part de salariés travaillant sur site, en télétravail ou à distance est de 73 %.

Dans l’hébergement-restauration, la perte d’activité économique est estimée à 91 % et les salariés en chômage partiel complet, en arrêt maladie, congés de 86 %. Dans le commerce la perte d’activité est de 55 %, de 63 % dans les transports et de 76 % dans les services aux particuliers.

La perte d’activité est faible dans la fabrication de produits alimentaires (5 %), les activités immobilières (2 %), les activités financières et d’assurance, voire l’informatique/communication (34 %), tout comme dans les services mon marchands (14 %).

La perte de consommation des ménages (35 %) provient notamment de la consommation de restaurants-cafés-hôtels (-89 %), des transports (-82 %), du commerce (-79 %, dont achats de carburant, de véhicules automobiles), des services aux particuliers (-79 %) et du BTP (-78 %)

Pour en savoir davantage : https://www.insee.fr/

Source : "POINT DE CONJONCTURE" Insee au 23 avril 2020
Méthodologie : sur les 138 branches suivies, plus de la moitié disposent de deux ou plusieurs sources de données contre un tiers à la précédente publication (au 9 avril).
En ce qui concerne la consommation des ménages, les hypothèses sont issues de l’exploitation de diverses sources reflétant 43 % de la consommation (transactions par carte bancaire pour 34 %).
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème