En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
11/09/2020
André Letowski 
Emploi 

18,4 % des salariés du secteur privé et 20,3 % du public travaillent à temps partiel

Le temps partiel peut être un choix ou une contrainte.

Selon les atouts et les motivations du salarié, il se traduit dans des modalités propres en termes de conditions de travail et de sécurité de l’emploi.

Une approche globale

Parmi les 18,4 % de salariés du secteur privé travaillant à temps partiel, 78 % sont des femmes, 91 % sont dans des activités tertiaires. 1,9 million travaillent ainsi moins de 24 heures par semaine.

24 % travaillent pendant une durée hebdomadaire longue (d’au moins 24 heures), mais sur une semaine réduite (moins de 5 jours), en moyenne 7 h 45 par jour; 18 % sont employés pendant une durée hebdomadaire courte, mais travaillent 5 jours ou plus.

Observés pendant 4 semaines de suite, 40 % au moins travaillé une fois un samedi, 19 % un dimanche (33 % et 16 % des salariés à temps complet), 18 % le soir (entre 20 et 24 heures, 18 % vs 22) et 5 % vs 9 de nuit (entre 0 et 5 heures). 23 % ont connu des horaires variables d’une semaine sur l’autre.

3 types de temps partiel

  • 30 % des emplois à temps partiel sont dits « courts » et sont caractérisés par des durées de travail hebdomadaires réduites et des contrats à durée limitée (57 % moins de 15 heures) ; leur travail s’effectue pour 55 % d’entre eux sur 3 jours ou moins. Aucun de ces salariés n’a travaillé le soir ou la nuit durant les quatre semaines précédant l’enquête, mais 35% ont des horaires variables.

    51 % invoquent comme raison de leur temps partiel l’impossibilité de travailler davantage dans leur emploi actuel.

    Mais 47 % sont en situation de sous-emploi ; ainsi 36 % ont connu une période de chômage ou d’inactivité (hors études) d’au moins un mois au cours de l’année passée ; 20 % sont concernés par l’intérim, le travail informel ou d’appoint ; leurs rémunérations mensuelles nettes (primes comprises) sont parmi les plus faibles (en moyenne 602 €) ; 18 % complètent ce salaire en travaillant simultanément pour plusieurs employeurs.

    Il sont concentrés dans le secteur des services aux particuliers (47 % dans des activités de nettoyage), et dans la fonction publique (36% des temps partiels de ce secteur).

    On y trouve surtout des jeunes et des seniors.

     
  • 29 % dits « atypiques » concernent des salariés travaillant le samedi (65 %), le dimanche (39 %), le soir ou encore la nuit de manière régulière (63 % au moins une fois dans ces 2 dernières situations). Ces horaires tardifs s’accompagnent souvent d’horaires irréguliers (70 %).

    59 % travaillent plus de 24 heures par semaine et pour un sur deux, le temps de travail est réparti sur 5 jours ou plus.

    Leur rémunération mensuelle est en moyenne de 1 093 €.

    85 % sont en CDI. Une partie cumule plusieurs activités. Principalement exercés dans les secteurs des HCR et de la grande distribution, ces emplois peuvent également constituer une activité d’appoint (la moitié sont des étudiants). Lorsqu’ils ne cumulent pas des activités, ces salariés sont surtout dans les secteurs nécessitant une continuité de services, comme la santé, la sécurité ; 53 % des emplois à temps partiel dans les hôpitaux publics sont ainsi « atypiques ».

    On y trouve surtout des jeunes et des femmes.

     
  • Enfin, 41 % sont dits « stables », principalement en CDI.

    Ils bénéficient le plus souvent d’horaires réguliers d’une semaine sur l’autre ; ils travaillent peu le samedi ou le dimanche et pas de nuit ou en soirée.

    65 % travaillent 24 heures ou plus par semaine, réparties sur des semaines de travail relativement longues : 37 % travaillent 4 jours par semaine et 54 %, 5 jours et plus.

    56 % expliquent leur emploi par des raisons personnelles ou familiales.

    Leurs conditions d’emploi sont relativement similaires à celles des salariés à temps complet, en termes de contrat de travail, d’ancienneté dans l’entreprise ou d’accès à la formation.
    En moyenne, leur rémunération mensuelle nette (primes comprises) s’élève à 1 229 €, soit davantage que le SMIC mensuel d’un salarié à temps complet.

    78 % des employés à temps partiel du secteur financier et 77 % dans les activités de sécurité sociale bénéficient de ce type de contrat, vs 27 % dans les HCR.

    Ce temps partiel est particulièrement développé chez les femmes (31 % contre 18 dans l’ensemble des salariés du secteur privé), les jeunes travailleurs (24 % des moins de 26 ans) et les seniors (28 % des 55 ans et plus).
     

 3 sous-populations spécifiques

1. Les femmes

Les femmes sont surreprésentées parmi les temps partiels « stables » et « atypiques »

Les femmes diplômées sont le plus souvent à temps partiel « stable ». Elles y exercent notamment des professions intermédiaires (secrétariat…); elles sont surreprésentées dans le secteur de l’activité financière et immobilière.

Les emplois où les salariés travaillent plus de 24 heures par semaine sont principalement occupés par des femmes (87 %). 80 % travaillent sur 4 jours pour garder leurs enfants, principale raison évoquée pour leur temps partiel ; le fait d’avoir 3 enfants ou plus, dont le plus jeune a moins de 3 ans, augmente les chances d’être à temps partiel « stable”.

48 % ont entre 40 et 54 ans, et 60 % sont en couple et ont des enfants. Plus de la moitié de ces femmes ont plus de 10 ans d’ancienneté dans leur emploi actuel.

Les femmes à temps partiel « atypique » sont plus jeunes (44 % entre 15 et 39 ans), célibataires ou en couple sans enfant. Le fait d’avoir des enfants conduirait plutôt à une cessation d’activité.

Elles occupent un emploi « faute de mieux », notamment pour s’insérer sur le marché du travail. Elles travaillent le plus souvent 5 jours ou plus par semaine, en tant qu’employée auprès de particuliers et employée de commerce ; 24 % occupent des emplois d’aide à domicile, aide-ménagère ou de travailleuse familiale ; 9 % sont caissières de magasins.

Les raisons avancées par ces femmes pour exercer leur activité à temps partiel sont plus diverses que dans le cas des temps partiels « stables » : pour certaines, ce sont des raisons familiales, pour d’autres, les caractéristiques professionnelles (diplôme, secteur d’activité…) jouent davantage. L’élévation du niveau de qualification des femmes permet d’accéder plus souvent à un temps partiel « stable ».

2. Les moins de 26 ans

Ils sont surreprésentés parmi les temps partiels « courts » plutôt instables (28 % des jeunes), et les temps partiels « atypiques » (29 % des jeunes).

Le temps partiels atypique : le fait d’avoir obtenu le baccalauréat ou un diplôme de niveau Bac+2 accroît les chances d’être à temps partiel « atypique » plutôt qu’à temps partiel « court » Ils sont plus souvent des étudiants, des jeunes diplômés, vivant seuls, une modalité pour s’insérer sur le marché du travail.

D’après les enquêtes Génération 1998 à 2004, un jeune sur trois travaille à temps partiel au moins une fois au cours de ses 7 premières années de vie active. permettent aussi de compléter des revenus insuffisants pour les étudiants.

Près d’un salarié sur quatre est serveur ou commis chez les moins de 26 ans ; on y trouve aussi des médecins, des internes, des pharmaciens. 69 % ont un contrat à durée indéterminée.

Le temps partiel « court » concerne plus souvent des jeunes sans diplôme ou avec un diplôme inférieur au baccalauréat, en couple avec enfant(s), caractérisée par des horaires tardifs, irréguliers et le travail du week-end.

Ils ont un contrat à durée limitée, dans des emplois de caissiers de magasin, de vendeurs en habillement, en articles de sport…

Pour près de la moitié, leur ancienneté dans l’emploi signale des situations d’intérim, d’activité d’appoint, voire de travail informel ; 40 % ont connu au moins un mois de chômage au cours de l’année passée (contre 20 % des salariés à temps partiel).

3. Les seniors

Les salariés de 55 ans ou plus, à temps partiel « stable » ou « court » (peu dans le partiel atypique) travaillent majoritairement comme employés.

Le choix du temps partiel « stable » (35 % des seniors), l’est pour des raisons familiales (46 %) ou personnelles majoritairement de santé) ; les durées hebdomadaires travaillées sont relativement courtes (entre 15 et 24 heures).

Le choix pour un temps partiel court (40 % des seniors) tient bien plus au besoin de compléter leurs revenus, parfois leur retraite; ils sont pour partie en intérim, dans des activités temporaires ou d’appoint, voire informelles.

Pour en savoir davantage
: https://dares.travail-emploi.gouv.fr/

Source : "Quelles sont les conditions d’emploi des salariés à temps partiel ?", Dares Analyses N°025, août 2020
Enquête Emploi de l’Insee, données 2018.
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème