En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
05/10/2020
André Letowski 
Finance 

2 attentes principales des chefs d’entreprise

Une reprise satisfaisante des carnets de commande et la poursuite de l’appui des Pouvoirs Publics.

⇒ La situation actuelle et les perspectives dans les mois à venir

  • Pour 45% la situation financière s’est dégradée par rapport à l’année dernière, moins dans le BTP (34%) et l’industrie (35%), davantage dans le commerce (51%) et les services (49%); davantage aussi en région Parisienne (56%). Pour 47% elles est restée stable et s’est même améliorée pour 8%. Ceci étant, 76% estiment leur situation financiére saine, alors que 24% la trouve préoccupante. 64% pensent que leur situation financière sera stable au cours des mois à venir; 21% envisagent une amélioration et 13% une détérioration.
  • 74% sont optimistes concernant la situation de leur entreprise (plus encore les entreprises de plus de 100 salariés, 83%). 87% sont confiants en leur entreprise pour surmonter la crise; idem envers leurs clients (80%) ou leur région d’implantation (76%); idem pour l’économie Française (69%). Pour 54% toutefois, la crise aura des répercussions fortes pour leur entreprise.
  • Les deux tiers (entre 63 et 67%) des chefs d’entreprise n’entendent rien changer dans leurs effectifs, leurs projets et leurs investissements; 87% n’envisagent pas de modifier la rémunération de leurs collaborateurs.
  • Par contre entre 12 et 26% envisagent d’investir : dans de nouveaux projets de développement (26%), dans des embauches (25%), dans des projets de communication (23%), dans des projets de recherche pour ceux qui en font (18%), dans des investissements autres (16%), dans la rémunération de leurs collaborateurs (12%). Les 100 salariés et plus sont les plus enclins à le faire, ce qui est cohérent au regard de la taille de leur entreprise. 56% (dont certainement 27%) sont enclins à embaucher des jeunes (en utilisant la prime de 4 000€) dans les mois qui viennent, notamment au sein des plus grandes entreprises (64%). 8-9% envisagent de réduire chacun des items observés, davantage pour les investissements autres (15%).

⇒ Les craintes, les raisons d’espérer, les attentes essentielles de la part des Pouvoirs Publics pour les mois à venir

  • Le risque d’un nouveau confinement est très craint (55%), une situation que beaucoup ne souhaitent pas se voir se réaliser (42%).
  • 2éme groupe de craintes et d’attentes, le carnet de commande : En termes de craintes, l’augmentation du chômage qui signifierait baisse du pouvoir d’achat (30%), la prudence des entreprises qui les conduiraient à geler leurs budgets (20%), les difficultés rencontrées par les clients et fournisseurs (20%), le fait que les Français continuent à épargner plu qu’ils ne consomment (5%). En termes de raisons d’espérer, le fait que le carnet de commande commence à se remplir (32%), celui que les Français se remettent à consommer plutôt qu’à épargner (23%).
  • 3éme groupe, l’appui des pouvoirs publics : crainte d’un manque de soutien (15%), mais espoir que ces derniers apportent le soutien (28%). Les attentes se focalisent sur le soutien à la trésorerie (66% jugé essentiel), sur la baisse des impôts de production (48%), le dispositif d’activité partielle de longue durée (49%), l’aide pour le recrutement de jeunes (41%), une aide à la transition écologique (32%, alors que 30% la juge secondaire, et des mesures de relance pour la hausse du pouvoir d’achat.
  • 4éme groupe : trésorerie et organisation interne
Les difficultés de trésorerie regroupent 17% des craintes; leur absence 18% est exprimée comme raison d’espérer.
Les contraintes d’organisation (télétravail, protocole sanitaire) sont craints par 6%, alors que les nouvelles opportunités d’organisation de l’entreprise (télétravail) sont une raison d’espérer pour 7%.

Pour en savoir davantage : https://www.ifop.com/publication/le-moral-des-dirigeants-dentreprise-post-covid-19


Source : "Le moral des dirigeants d’entreprise Post Covid-19", Ifop, Medef, août 2020

Méthodologie : échantillon de 601chefs d’entreprise de 10 salariés et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de secteur d’activité, de taille de l’entreprise et de région (IDF / Province). Les interviewes ont été réalisées par téléphone du 27 juillet au 19 août 2020.
Les chefs d’entreprise sont plutôt optimistes concernant leur entreprise et sa capacité à surmonter la crise, mais ils sont aussi prudents, préférant la stabilité au développement.

 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème