En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
02/11/2020
André Letowski 
Indicateurs 

Les réseaux d’entrepreneuses sont aujourd’hui 500 et maillent tout le territoire.

Ces réseaux professionnels se sont développés pour permettre aux femmes de se retrouver entre elles, de libérer leur parole.
Ces multiples initiatives voulues par les femmes et ciblées sur leurs spécificités sont de petite taille à la différence des “grands” réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise, dont des femmes sont aussi bénéficiaires.
Les Premières, FCE, Sista, Bouge ta Boîte, Action’elles… Aujourd’hui, la liste des réseaux féminins d’entrepreneuriat, qui ont connu un premier boom il y une quinzaine d’années, s’allonge au point d’atteindre aujourd’hui quelque 500 organisations.

Soirées de networking, ateliers, coaching, mentorat, les dirigeantes et porteuses de projet discutent entrepreneuriat… mais pas forcément business, davantage pour des raisons personnelles, affectives.
Certains réseaux s’affirment généralistes : le Women’s Forum, Willa (ex-Paris Pionnières) , #ConnectHers, Les Audacieuses, Femmes entrepreneures, Club des créatrices, Racines…

D’autres visent un public cible : Cyberelles pour les entrepreneuses du digital ; Grandes écoles au féminin pour les anciennes de Polytechnique, Sciences Po, ParisTech, l’ENA, Centrale, ESCP Europe ou encore HEC ; le réseau Mampreneures à destination des entrepreneuses mères de famille ; Led by Her, qui accueille des femmes ayant subi des violences , ou encore Force Femmes pour les porteuses de projet de plus de 45 ans.
Parallèlement, ont fleuri en région des organisations locales : Elles dans les Alpes, Cant’elles (Cantal), Entreprendre au féminin Bretagne, RéZoé (Alsace), Action’elles (Paris et Lyon), pour n’en citer que quelques-unes.

Ces réseaux, nationaux ou locaux, s’étendent sur tout le territoire, mais chacun à leur manière : les Premières sont principalement implantées dans les métropoles régionales. Bouge ta Boîte se développe à vitesse grand V dans les villes moyennes, tandis que Femmes des territoires cible les villes encore plus petites. Cette pluralité permet d’attirer des profils variés : commerçantes, dirigeantes de petites entreprises.

Les jeunes se reconnaissent très peu dans les réseaux historiques considérés comme trop ‘féministes’ et formels. “Elles veulent du ‘fun’, de la spontanéité. Or nous ne sommes pas une génération fun, car nous avons voulu coller au modèle masculin”. Elles sont plus agiles, moins tétanisées par la peur. » Elles lancent leur propre organisation : Les Wondermeufs (ex-Culottées), The Boston Project, Empow’Her.
Pour les réseaux de première génération, l’enjeu est donc d’attirer les millennials en collant à leurs centres d’intérêt (parentalité, co-working, équilibre vie professionnelle-vie privée).

Très à l’aise avec leurs comparses masculins, d’autres entrepreneures préfèrent se diriger vers les réseaux mixtes.
Un défi majeur en sus : les réseaux ne parviennent toujours pas à fédérer la majorité des porteuses de projet : si 71% les considèrent ces réseaux comme un lieu d’échange et d’information, seulement 40% en font partie (étude de l’Observatoire de l’entrepreneuriat au féminin réalisé par Occurrence pour #ConnectHers by BNP Paribas).
 
Autre défi : l’ambition de leur entreprise ; très majoritairement elles créent des entreprises sans salarié, sous forme individuelle ou micro-entrepreneur (entre 30 et 40% des créations) ; le taux descend à 15 % pour les PME et à 8% pour les ETI.


Source : "Réseaux féminins : l'âge de la maturité" Les Echos Entrepreneurs du 20/10/2020
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème