En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
24/12/2020
André Letowski 
Emploi 
Indicateurs 

L’emploi progresse de 401 000 postes au 3ème trimestre grâce à l’intérim

L ’emploi hors intérim a progressé au 3ème trimestre (+269 500 après une baisse de 312 100 au 2ème trimestre).
Dans le même temps l’intérim progressait de 131 600 emplois contre 107 800 au 2éme trimestre.

⇒ Une approche globale

On dénombre 709 400 intérimaires fin septembre 2020. Après un recul historique en début d’année et un début de reprise au 2e trimestre, l’emploi intérimaire continue à se redresser au 3e trimestre (+22,8%, soit +131 600 intérimaires, après +22,9% soit +107 800 au trimestre précédent). Cependant, ce redressement n’est encore que partiel : fin septembre 2020, l’emploi intérimaire reste inférieur de 10% à son niveau de fin décembre 2019.

Le volume de travail temporaire mesuré en équivalent emplois à temps plein (ETP) sur l’ensemble du trimestre chiffre 663 900 emplois. Il augmente fortement au 3e trimestre 2020 (+50,5% soit +222 600) après une chute historique au 2e trimestre (-39,7%, soit -290 300).

Les CDI intérimaires (47 100 contrats fin septembre ou 6,6% de l’Intérim) diminuent légèrement au 3e trimestre 2020 (-2,8%, après -2,4% au 2e trimestre 2020), mais conservent une tendance à la hausse sur un an (+8,4%).

L’emploi salarié intégrant l’Intérim rebondit de 1,6% (soit +401 100 emplois après -697 100 emplois au premier semestre) et de 1,1% hors intérim (soit +269 500 emplois) : l’emploi intérimaire contribue ainsi au tiers des créations d’emploi par rapport au trimestre précédent. Par rapport à son niveau de fin décembre 2019, l’emploi hors intérim est inférieur de 0,9% et l’emploi salarié total de 1,2%. Sur un an, l’emploi hors intérim diminue de 0,5% soit -126 100 emplois et l’ensemble de l’emploi salarié, intérim compris, de 0,8% (soit -207 200 emplois).

Une approche par secteurs

⇒ Le tertiaire

Dans le secteur tertiaire, ce sont 319 000 emplois intérimaires fin septembre (1,6% de l’ensemble des salariés du secteur) et 45% des intérimaires fin septembre ; ils sont essentiellement localisés pour 83% dans les transports (102 000 emplois), les services aux entreprises (92 500 emplois) et le commerce (69 900 emplois).

L’emploi intérimaire augmente de 19,4% (soit +51 800 intérimaires, après +12,4 % soit +29 500 au 2e trimestre 2020). Il est en baisse de 7,7% par rapport au niveau atteint fin 2019 et de 5,8% sur un an.

Le volume de travail temporaire en ETP mesuré sur le 3éme trimestre augmente de 36,8% (+82 200 emplois ETP) après avoir chuté de 32,3% (-106 600).

Observés en moyenne annuelle, la baisse est de 9,4% ; elle est bien sur très importante dans les HCR (-58,2% et 6 600 emplois au 3éme trimestre), les services financiers (-30,4% et 7 500 emplois), les services aux personnes (-25,7% et 5 900 emplois), l’informatique, communication (-20,2% et 6 600 emplois) et les activités immobilières (-13,5% et 2 100 emplois); pour les autres services elles est comprise entre -3,6 et -8,9%.

Les hausses sont plus importantes en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+28,1% après +20% au trimestre précédent), en Bourgogne-Franche-Comté (+24,4%, après +0,3%). Il ralentit en Occitanie (+15,8%, après +17,7% au 2e trimestre) et en Nouvelle-Aquitaine (+15,8%, après 24%). La situation est beaucoup plus défavorable en Île-de-France, région qui représentait près du quart des emplois intérimaires dans le tertiaire avant la crise : le niveau d’emploi intérimaire y est inférieur de 20,4% à celui du 4e trimestre 2019.

⇒ L’industrie

Au 3e trimestre 2020, l’emploi intérimaire compte 242 200 emplois dans l’industrie (7,2% de l’ensemble des salariés du secteur) et 34% des intérimaires fin septembre; il progresse au 3éme trimestre de 26,8% (+51 200), après +14,3%, ou +23 900 au trimestre précédent. Il est cependant inférieur de 13,8% au niveau atteint fin 2019, et baisse de 15,2% sur un an.

Au 3e trimestre 2020, le volume de travail temporaire en ETP augmente fortement (+44,3%, soit +67 800 ETP, après -40,2%, soit -102 900 ETP).

C’est dans l’industrie que l’emploi intérimaire est le plus éloigné de son niveau d’avant la crise liée à la covid-19 (-15,2% en nombre d’intérimaires et -21,5% en EQTP).

L’emploi intérimaire dans l’industrie se redresse dans toutes les régions mais à des rythmes différents : en Bourgogne-Franche-Comté (+45,3%, après +2,5% au 2e trimestre), en Hauts-de-France (+35,4%, après + 14% au trimestre précédent); il augmente moins fortement en Occitanie (+14,2% après +12,7% au trimestre précédent), en Île-de-France (+15,7% après +6,2%) et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+17,9%, après +26,3%).

⇒ La construction

Dans la construction, l’emploi intérimaire chiffre 144 600 emplois (9,1% des emplois du secteur) et 20% des intérimaires fin septembre ; il augmente de 24,2% (soit +28 100, après +85,3% soit +53 600 intérimaires au trimestre précédent).

Au 3e trimestre 2020, le volume de travail temporaire en ETP augmente fortement (+116,5% après -56,5% au trimestre précédent, soit -80 300 ETP).

Il est cependant inférieur de 8,4% au niveau atteint fin 2019, et en baisse de 11,1% sur un an en nombre, y compris en ETP.
emplois temporaires

Les augmentations les plus prononcées reviennent à la Bretagne (+31,9% après +90% au trimestre précédent), au Centre-Val de Loire (+30,4%, après +97,4%) ; il est moins dynamique en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+17,4%, après +104,6% au 2e trimestre) et en Auvergne Rhône-Alpes (+18,4%, après +74,3% au trimestre précédent).

⇒ La durée des missions

Ce trimestre, la durée moyenne des missions diminue (-11,8%) et s’établit à 1,9 semaines, après deux trimestres historiquement hauts. La durée des missions reste plus élevée dans la construction (3,2 semaines au 3e trimestre 2020) que dans l’industrie (2,1 semaines) et le tertiaire (1,5 semaine).

Noter que les missions au sein du tertiaire sont plus longues dans l’activité services financiers (4,7 semaines), et l’informatique-communication (4 semaines) et par ailleurs fort courtes dans les HCR ( 0,6 semaine) et les services non marchands (0,7 semaine).

L’intérim dynamise l’emploi salarié dans la construction et le secteur tertiaire : l’emploi tertiaire augmente de 1,3% hors intérim (soit +258 900 emplois) et de 1,6 % (soit +310 600 emplois) en tenant compte des intérimaires. Dans le secteur de la construction, l’emploi hors intérim augmente de 1,3% (soit +18 800 emplois) et de +3 % (+46 900 emplois) y compris l’intérim. Dans l’industrie, la progression de l’intérim fait plus que compenser le recul de l’emploi salarié (-0,2% ou -7 500 emplois), tandis que l’emploi salarié, intérim compris, augmente de 1,3% (+ 43 900 emplois)

Pour en savoir davantage : Au 3e trimestre 2020, l’emploi intérimaire continue de se redresser et se rapproche de son niveau d’avant-crise – Ministère du Travail (travail-emploi.gouv.fr)


Source : "Au 3e trimestre 2020, l’emploi intérimaire continue de se redresser (+22,8 %) et se rapproche de son niveau d’avant-crise", Dares Indicateurs N°40, décembre 2020

Source
: la Déclaration sociale nominative (DSN).
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème