Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
25/05/2021
André Letowski 
Business 

97% des e-commerçants sont optimistes pour leur entreprise en 2021

97% des dirigeants interrogés sont optimistes pour l’avenir de leur entreprise.

57% prévoient de recruter et 67% de développer le digital, notamment sur les réseaux sociaux.
A l’issue de l’année 2020, 92% des répondants à l’enquête (celle-ci est uniquement représentative des acteurs ventes de produits qui représentent 94% des répondants). 68% des répondants sont plus optimistes par rapport à l’année précédente; un sentiment partagé particulièrement par les acteurs de plus petite taille (76% des entreprises de -10M€ de chiffre d’affaires), et aussi par les pure players (68%) et les e-retailers/marques (67%).
97% des dirigeants interrogés sont optimistes pour l’avenir de leur entreprise. Ainsi, 82% des e-marchands projettent une croissance de leur chiffre d’affaires pour 2021 ; ils sont près du double des années précédentes à prévoir une croissance qui sera forte. Cette perspective de croissance est partagée quelle que soit la taille de l’entreprise.

Alors que l’an dernier, 42% des enseignes anticipaient une augmentation des effectifs en 2020, elles sont désormais 57% à prévoir de recruter cette année, un taux record depuis la mise en place de l’étude. Les effectifs augmenteront quels que soient la taille et le profil de l’entreprise. Ce sera le cas pour les -10M (53%), les +10M de chiffre d’affaires (60%), les pure players (67%) et les retailers/marques (43%).
Les investissements en RSE continuent de progresser, faisant suite à une hausse déjà spectaculaire l’an dernier (55%). 89% des entreprises en font leur priorité (95% des +10M) et 71% s’attendent à une croissance du marché de la seconde main (86% des +10M).

Afin d’accompagner leur développement, les e-commerçants devraient cette année concentrer leurs investissements en priorité en informatiquepour une très grande proportion d’entre eux (67%). La publicité et la logistique sont au coude-à-coude à 61%.

Côté communication, les réseaux sociaux passent en tête des investissements prioritaires en hausse pour 2021, devant le référencement naturel. Le référencement payant enregistre une forte progression (+8 pts), tout comme la vidéo (+16 pts) qui rattrape le Brand content (-4pts).
En 2020, l’accent avait été mis sur l’accessibilité des sites (37% en 2021 vs 27% en 2020) et les solutions de colis connectés (12% en 2021 vs 2% en 2020). En 2021, l’effort devrait porter sur le marketing prédictif (50%), la logistique avec les colis connectés (30%), les retours en boites aux lettres (29%), l’unification des stocks (25%) et les solutions de réalité augmentée (29%).

Plus de 7 entreprises sur 10 anticipent une croissance de leurs ventes à l’international sur les deux prochaines années. Près d’1 sur 2 s’attend à une augmentation forte.
28% des sites qui vendent à l’international sont présents dans plus de 10 pays. Les 3 premiers pays de destination restent la Belgique (88%), l’Espagne (68%) et l’Allemagne (56%).
Si en 2021 la montée des plateformes d’imports asiatiques reste le principal motif de préoccupation (50%), elle suscite quasiment le même niveau d’inquiétude que le durcissement de la fiscalité / législation (49%).
Les deux phénomènes les plus largement perçus comme positifs concernent l’accroissement très important du nombre de nouveaux acheteurs (87%) et le développement de l’internet mobile (73%) qui démultiplie les possibilités d’acheter en ligne.

Pour en savoir davantage : Enquête sur le moral des e-commerçants français – Edition 2021 Croissance, emploi, innovation, international : Comment les e-commerçants abordent-ils 2021 ? – Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance

"Enquête sur le moral des e-commerçants français – Edition 2021 Croissance, emploi, innovation, international : Comment les e-commerçants abordent-ils 2021 ?" Fevad, communique de presse, avril 2021 Méthodologie : enquête réalisée, en partenariat avec LSA, du 10 février au 4 mars 2021 auprès d’un panel de 118 dirigeants de sites e-commerce (PDG/DG/Directeurs e-commerce) dont la répartition est la suivante : Moins de 1 million d’euros : 18% ; 1 à 10 millions d’euros : 29% ; 10 à 100 millions d’euros : 34% ; 100 à 500 millions d’euros : 9% ; Plus de 500 millions d’euros : 10%. Par ailleurs, 58% des répondants sont à la tête de sites dits « pure-players internet » 25% sont des retailers et 16% dirigent des sites de marques-fabricants.
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème