Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
28/09/2021
André Letowski 
Veille 

2 500 tiers-lieux en 2021

100 000 à 150 000 personnes travaillent dans des tiers-lieux chaque jour.

⇒ Ce qu’est un tiers-lieux

Ils naissent d’une volonté d’entreprendre localement autour de l’entraide et d’une mutualisation entre pairs. Ce sont des lieux d’expérimentation et de création, des espaces dédiés à la pratique, pour favoriser l’émergence de projets « hors cadre ». S’y mêlent ainsi créations de nouvelles activités économiques et activités d’utilité sociale.

⇒ Leur nombre

Les tiers lieux étaient 1800 en 2018, pour approcher les 2 500 en 2021 et les 3 000 à 3 500 estimés en 2022.
Si la majorité des tiers-lieux se situe dans les grands centres urbains en 2018, la tendance s’inverse avec 52% des tiers-lieux en dehors des 22 métropoles administratives françaises (1/3 des QPV ont un tiers lieux). Une carte donne par région leur nombre.

⇒ Qui y vient ?

En 2019, plus de 2 millions de personnes sont venues dans un tiers-lieu pour y réaliser des projets ou travailler et 4 millions de personnes y ont participé à un événement culturel. De 100 000 à 150 000 personnes y travaillent quotidiennement, alors que 6 300 emplois directs animent ces lieux (69% des tiers lieux ont un poste de facilitateur).

⇒ Le chiffre d’affaires et le modèle économique

Les tiers-lieux sont acteurs à part entière du tissu économique, en lien étroit avec les autres acteurs locaux (entreprises et collectivités territoriales) générant un chiffre d’affaires cumulé de 248M€.

Le modèle économique repose sur 50% de subventions publiques (en termes de partenaires, 67% des communes ou les EPCI, 48% des régions, 23% l’État) et sur 50% de recettes propres. 21% font des bénéfices, 49% sont à l’équilibre et 30% en déficit.

62% sont statut associatif, 26% en SARL ou SA, 8% en SCOP, et 13% rattachés à des EPCI ou des établissements d’éducation.

⇒ Leurs activités

75% pratiquent le coworking ; on y trouve des fablab (30%), des lieux culturels (27%), des ateliers artisanaux (19%), des labo d’innovation sociale (17%), des cuisines partagées (14%), des terres agricoles et jardins partagés (9%). Ainsi 40% des tiers-lieux sont concernés par la production. 20% y ont des incubateurs et 17% une pépinière d’entreprise.

Plus précisément :

- 60% y délivrent des formations (134 000 personnes en ont bénéficié).

- 30% des tiers-lieux participent à l’inclusion numérique ; 350 000 personnes ont participé aux ateliers ou événements numériques.

- 1/3 sont engagés dans la lutte contre l’obsolescence programmée, autour du réemploi, du recyclage et de la réparation.

- 19% ont un partenariat avec des universités pour accueillir des chercheurs en résidence ; 11% collaborent avec des laboratoires de recherche indépendants. Par ailleurs la moitié a déjà mis en place un partenariat avec des établissements d’enseignement.

- 14% ont travaillé sur des problématiques sociales spécifiques.

Pour en savoir davantage : un rapport de 284 pages : Rapport-France-Tiers-Lieux-2021-complet.pdf (francetierslieux.fr)

et une synthèse de 18 pages Synthese-Rapport-2021.pdf (francetierslieux.fr)

"NOS TERRITOIRES EN ACTION", France Tiers Lieux, synthése, juin 2021
Le rapport de 248 pages fournit une multitude d’informations. Je n’en retiens ici que la synthèse.

 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème