Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 
 
 
12/08/2022
André Letowski 
Etudes 

La fraude sur les paiements émis en France progresse

Les moyens de paiement les plus utilisés sont la carte bancaire, dont le taux de fraude est plus faible que pour les chèques.
L’assouplissement des mesures sanitaires et la reprise économique associée ont engendré une très forte croissance des transactions scripturales (+ 12,4% en nombre, + 17,5% en montant), supérieure à la croissance économique, confirmant la numérisation rapide et durable des usages de paiement.

⇒ Les moyens de paiement

♦ La carte bancaire conforte son statut de principal moyen de paiement (61% du nombre total d’opérations scripturales).

Le sans contact est devenu le mode de paiement favori des Français en magasin, représentant 57% de ces transactions par carte.

Le paiement sans contact par mobile (3% des opérations en magasin), a vu ses flux tripler en 2021, laissant présager une forte hausse de cet usage dans les années à venir.

Le paiement par Internet a continué sa progression (+21% en 2021).

♦ Le virement instantané s’installe également ; son utilisation a plus que doublé ; il est toutefois en retrait par rapport à d’autres pays européens.

♦ Le chèque poursuit sa décrue (recul de 6% du nombre de transactions et de 4% des montants échangés).

⇒ Les fraudes

La fraude observée sur les paiements émis en France progresse en valeur à un rythme deux fois inférieur aux flux pour atteindre 1,2Md€ (+ 8,5%), et diminue en nombre pour s’établir à 7,5 millions de transactions fraudées (–3,8%).

♦ Pour la quatrième année consécutive, le chèque reste le moyen de paiement le plus fraudé avec un taux de fraude de 0,079%. Il concentre 37% des montants de fraude, soit 465M€.

La carte est très proche du chèque en matière de montants fraudés (37% du montant global de la fraude pour 464M€). Dans un contexte de progression de l’usage de ce moyen de paiement, 2021 marque un recul sensible de la fraude (–1,9% et en taux de fraude de 0,059%, après 0,068% en 2020).

1,3 million de carte ont été fraudées et mises en opposition, en recul de 10% par rapport à 2020. Ces résultats confirment l’efficacité du recours à l’authentification forte pour les paiements à distance.

Les cartes usurpées restent la principale source de fraude à la carte (78% de la fraude, contre 18% pour les cartes perdues ou volées), si bien que les paiements sur Internet supportent encore près des trois quarts de la fraude en montant alors qu’ils représentent moins d’un quart des paiements par carte.

♦ Dans le même temps, les paiements sans contact confirment leur très haut niveau de sécurité, leur taux de fraude atteignant un plus bas historique de 0,013%, quasiment équivalent au taux de 0,010% mesuré pour les paiements de proximité traditionnels avec saisie du code confidentiel.

♦ Le virement reste le troisième moyen de paiement le plus fraudé
(23% des montants de fraude avec 287M€). Toutefois, le taux de fraude par virement reste particulièrement faible et maîtrisé à 0,0007% (0,0015% hors virements de gros montant), en légère baisse par rapport à 2020. Les fraudeurs parviennent à déjouer les mécanismes d’authentification (usurpations d’identité ou de coordonnées bancaires).

♦ Enfin, les montants de fraude affectant le prélèvement, les effets de commerce, la monnaie électronique et la transmission de fonds sont relativement négligeables.

Pour en savoir davantage : Observatoire de l'épargne réglementée – Rapport annuel 2021 de la Sécurité des Moyens de Paiement, Banque de France, juillet 2022
 
André Letowski est expert en entrepreneuriat, en petites et très petites entreprises. Il publie une note mensuelle regroupant une sélection brute ou retravaillée et commentée des corpus statistiques français, des enquêtes et publications concernant le domaine des TPE, PE et PME.




Sur le même thème