En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 

Approlys 

 L'union fait la force. Si l'adage ne date pas d'hier, la mutualisation de moyens mise en place par le Loir-et-Cher, l'Eure-et-Loir et le Loiret est suffisamment innovante pour avoir retenu l'attention de la Cour des comptes, fin 2015 : couvrant 23 domaines de l'achat public et deuxième au niveau national par son importance, cette centrale d'achat interdépartementale montre « les bonnes pratiques qui pourraient être généralisées afin de dégager des marges financières précieuses ». Opérationnelle depuis janvier 2014, Approlys rallie déjà plus de 600 entités publiques et privées, sans compter toutes les collectivités qui se portent volontaires d'un coin à l'autre de l'hexagone. Avec un gain minimum avoisinant 20% au bout de deux ans seulement, les économies sont d'autant plus durables qu'elles accroissent le développement local. Un bon sens qui ne demande qu'à être dupliqué près de chez vous ! 

Quand les collectivités se mettent à la consomm'action





L
a baisse de l'investissement public local, qui a reculé de 9,2% en 2014 et dont l'érosion va aller crescendo, est-elle un chiffon rouge ? Face à cette chute libre, les collectivités disposent de plusieurs parachutes, confirme l'analyse de la Cour des comptes. Sans compter que, si la diminution des dotations de l'État est souvent pointée du doigt, elle est compensée de facto par un transfert de la fiscalité ; un effet de vase communicant, qui montre plutôt un résultat bénéficiaire aujourd'hui, à la faveur des régions et des départements. Le bilan est moins positif en ce qui concerne l'épargne des collectivités territoriales, quelles qu'elles soient ; effet ciseau faisant, cette fois-ci, sa dégradation structurelle est des plus pénalisantes pour ces mêmes collectivités, au détriment du contribuable... Raison supplémentaire d'enrayer l'hémorragie, en réduisant les dépenses de fonctionnement. Et plus, la Cour des Comptes préconise d'accentuer le travail de mutualisation et de regroupement des achats. Une centrale d'achat interdépartementale ? Avec son LAB Coopération interdépartementale*- issu de la démarche Loir-et-Cher 2020 - dont cette structure résulte, trois départements du Centre-Val de Loire ont pris une longueur d'avance, depuis fin 2012.

* Ce lab constitue  un des 28 lab de la démarche Loir et Cher 2020
 

Le développement local sur tous les fronts

Première motivation : le développement du territoire. En tirant parti de la proximité avec l'Île-de-France, l'objectif est  d'améliorer la compétitivité et l'attractivité de l'Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret. Deuxième défi : maîtriser la dépense publique et la performance du service public. État, administrations de la Sécurité sociale ou collectivités locales, la gageure est de prendre part à cet effort de redressement, sans léser les attentes des citoyens. A challenge ambitieux, outil de la même envergure. « Par rapport au groupement de commandes classique, l'avantage principal d'une centrale d'achat est de s'ouvrir beaucoup plus simplement vers un grand nombre de contractants », explique Jean-Charles Manrique, directeur d'Approlys, formalisée en janvier 2014 sous la forme d'un groupement d'intérêt public (GIP). « Corollaire de cette structure juridique facilitatrice, elle se traduit par un véritable levier de coopération territoriale. Et, pour ne pas porter préjudice au tissu économique local, le périmètre des achats se restreint aux besoins en fournitures et services pour lesquels nous contractons habituellement avec des opérateurs économiques de dimension régionale ou nationale. Un second point de vigilance a été clairement établi : les optimisations attendues ne doivent pas altérer ni la qualité, ni le caractère durable de notre politique d'achat. »

Parmi ses membres voisinent ainsi tous les territoires de la région via ses six conseils départementaux, des associations, des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE), mais aussi des personnes privées. Dès les trois premiers marchés passés par la centrale d'achat, concernant la fourniture de sels de déneigement, la fourniture de gaz et de services associés, ainsi que les équipements, la maintenance et l'hébergement de systèmes de visioconférence, les gains directs sur les achats se sont élevés à 560 000 euros, avec des baisses de prix allant de 15% à` 20% par rapport aux prix payés par les départements. Ceux tirés sur les coûts de gestion des marchés ont approché 60 000 euros. Autre bénéfice, un plus grand nombre de fournisseurs dépose des offres et, ce, de meilleure qualité.

« Nous ne faisons pas de revente, mais proposons une ingénierie des marchés publics, avec un fonctionnement simple et efficace », décrypte Jean-Charles Manrique. « Moyennant une modique cotisation de 50 euros, les adhérents y trouvent un double avantage. Non seulement ils obtiennent des prix négociés compétitifs, mais ils n'ont plus la charge des procédures relatives aux passations des marchés et accords-cadres : les économies portent sur les frais de publication, sur les dépenses d'assistance à maîtrise d'ouvrage ou encore sur les coûts de personnel, avec la mobilisation d'une équipe au lieu de trois. » En 2015, c'est plus d'une vingtaine de procédures de marchés qui ont été publiées, sur seize segments de marché, pour un volume d'achat de 28 millions d'euros. Se sont ajoutés notamment les produits d'entretien, le mobilier, le carburant en vrac, les moyens d'impression, le fioul ou encore les fournitures de bureau et scolaires. Sachant, par exemple, que le conseil départemental consomme chaque année près de 15 000 ramettes de papier, on comprend vite comment les petits ruisseaux font une grande rivière. Par ailleurs, grâce à un partenariat négocié avec l'Union des Groupements d'Achats Publics (UGAP), tout adhérent peut bénéficier de ces tarifs « grands comptes » pour la fourniture de copieurs et imprimantes, l'équipement informatique, mais aussi l'achat d'une voiture : une avancée considérable pour une petite commune.


Approlys-L


Un nouveau paradigme

Dès 2013, cette démarche dans le bon sens, voire à contre-courant de certaines gabegies, a a été saluée par Acteurs Publics ; dans la catégorie « Fonction publique territoriale », ce prix a rejoint « victoires de ceux qui agissent au quotidien pour moderniser le service public et améliorer sa qualité ». En mars 2015, c'est le magazine Décision Achats qui remettait à Approlys un trophée d'argent, dans la catégorie Innovation ; l'écho a porté devant un auditoire de plus de 400 professionnels. Autre reconnaissance d'excellence, le Trophée 2015 de la performance de l'achat public, décerné par le portail éponyme et le Groupe Moniteur fera honneur à la centrale d'achat au salon des Maires de France, en juin. Cette mise en commun des achats a été optimisée par une mutualisation des moyens matériels et humains nécessaires au fonctionnement de la centrale. « Volontairement, la création et le fonctionnement d'Approlys se sont effectués sans aucune création de postes », détaille son directeur. La mutualisation des compétences étant notre maître mot, le GIP fonctionne uniquement avec du personnel mis à disposition par les trois conseils départementaux. Chefs de projets, juristes ou gestionnaires de marché, cette source d'économie doublée d'un gage d'efficacité s'est montée à l'équivalent de 6,85 temps pleins en 2015. »

Fort de ces premiers succès, la liste des courses s'est garnie en 2016 ou va se garnir : loisirs créatifs, vêtements de travail, médicaments et vaccins, repas en liaison froide et unités de relais, propane... « Alors que la commande publique française pèse 100 milliards d'euros, soit environ 10% du PIB, l'idée que l'achat public est un levier politique, tant pour la croissance économique que pour la promotion des clauses sociales et environnementales, fait des émules », conclut son président Olivier Geffroy, conseiller départemental et rapporteur du budget au conseil départemental du Loiret, par ailleurs adjoint au maire d'Orléans. Inventer aujourd'hui pour réussir demain ? Parce que l'outil incarné par Approlys peut faciliter des initiatives en matière d'économie circulaire, plusieurs départements se redoublent d'intérêt à son égard. La centrale d'achat territoriale propose de les accueillir en son sein ou de leur expliquer le mode d'emploi. Avec une règle de jeu, en conseil d'ami : la double mutualisation des achats et des ressources humaines s'avère être un succès, à condition de se focaliser sur l'efficience ... et non sur des enjeux de pouvoir. À bon entendeur, à bientôt !
 

Plus d'infos :

Site web : www.approlys.fr

☎ 02 38 25 34 49

@ contact@approlys.fr

✉ 15 rue Eugène Vignat – BP 2019 – 45010 Orléans Cedex 1
 


Belle histoire de primé racontée par Anne Laure Murier pour le compte de la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur




 
 
 
 
Les primés du Grand prix des Bonnes Nouvelles des territoires de 2017 sont... 
Les primés du Grand prix des Bonnes Nouvelles des territoires de 2016 sont... 
 Découvrez la liste des primés du Grand prix des Bonnes Nouvelles des territoires de 2014.