En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisations. En savoir plus.
Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur
 

Addeco 

 Si l'intérim est un indicateur de l'emploi, comme le pointait récemment un article du Monde consacré au chômage, que dire de l'intérim d'insertion ? Plaçant des personnes en difficultés au cœur du circuit classique, il les remobilise autant économiquement que socialement, au bénéfice de toutes les parties, collectivité comprise. Entreprises de travail temporaire d'insertion (ETTI), Alter, Humando, Id'ées Intérim, Inserim, Janus et Sato font d'autant plus figure de mousquetaires qu'elles ont allié leur professionnalisme à celui du Groupe Adecco, partenaire reconnu du marché de l'emploi. Grâce à ses 69 implantations, le Réseau Adecco Insertion (RAI) accompagne ainsi près de 8 000 personnes par an dans plus de 5 000 entreprises, avec un taux de sortie positive de 68 %. Ajoutez un chiffre d'affaires de 75 millions d'euros et l'absence historique de remontées de dividendes : ce modèle original, qui poursuit sa diversification vers d'autres innovations sociales, fait de l'excellent travail !
 

Tous pour un, un pour tous !

 

Il y a des trajectoires rectilignes. Et des parcours plus heurtés. Des histoires d'hommes et de femmes, comme celle d'Antoine Saladin. « J'ai travaillé pendant 20 ans dans la même société, une société de faux plafonds et cloisons. Ma boîte a fermé en 2008. Et après, j'ai été pendant trois ans au chômage. J'étais au RSA. Je touchais 300 euros pour vivre. Ça commençait à être assez dur. Si j'avais été tout seul, je pense que j'aurais fini à la rue. » Orienté vers le Réseau Adecco Insertion (RAI), à Paris, il a trouvé un accompagnement qu'il n'espérait plus. « J'ai senti au premier contact que c'était différent. Ils ont vu que j'avais envie de travailler, que je n'étais pas quelqu'un qui avait envie de ne rester à ne rien faire. J'ai senti qu'ils allaient m'aider. » C'est à Montfermeil, quelques kilomètres plus loin en Île-de-France, qu'Eyyup Aydin a retrouvé confiance et motivation, après avoir arrêté l'école à 16 ans. Pour commencer, sa conseillère lui trouve un emploi temporaire sur un chantier. Première surprise : « Elle m'a dit qu'elle allait passer et j'ai vu deux semaines après, qu'elle était là ! ». Puis, elle lui propose une formation. « Je n'avais pas envie : je n'aime pas l'école, je ne voulais pas gagner moins... » Avec la mission locale Emploi 93, prescriptrice des personnes auprès des entreprises de travail temporaires d'insertion, elle arrive à vaincre ses réticences. « J'ai obtenu mon diplôme, puis j'ai été embauché en CDI ! Tu te lèves le matin, tu découvres le monde le matin, tu découvres comment sont les gens. Tu es de bonne humeur, tu travailles, tu fais quelque chose que tu aimes bien, tu te dis “aujourd'hui, j'ai travaillé et je sais que j'ai gagné ça“. Aujourd'hui, je sais que je suis capable. »


Des témoignages qui valent tous les discours

Nihat Tanir, à Saint-Etienne ? Une démission sur un coup de sang, une mission dans une usine via RAI, une interruption de six mois à la case prison et... « L'agence ne m'a pas lâché. Quand je suis ressorti, je travaillais un mois plus tard. Ils m'ont dit “il n'y a pas de problème, ça arrive, c'est une bêtise de la vie, ça peut arriver à tout le monde“ et ils m'ont repris et remis au boulot. Vite fait, bien fait, en plus. Sinon, ça aurait été très dur. Quand on ne fait rien, le temps ne passe pas et il faut le tuer... Ça donne un rayon de lumière, un rayon de soleil, ça ouvre un peu l'esprit. On se dit qu'on n'est pas incompétent, qu'on a encore des choses à faire. » A Nîmes, Rafi Benbouarfa, lui, avait un « BEP comptabilité qui servait un peu à rien ». Coffreur bancheur, le voilà en CDI, avec le sourire et plein d'objectifs.  « C'était le métier qu'il me fallait : un métier physique, un métier manuel. Ils m'ont laissé ma chance. Je vais bientôt me marier, j'ai acheté ma belle voiture et, tout ça, avec de l'argent propre, comme on peut dire. Et pourquoi ne pas être un jour chef de chantier ? » Un peu plus au sud, à Marseille, Nicolas Girbal a connu un trou d'air après quinze ans de petits boulots, « à la sortie d'études peu brillantes ». Alors qu'il perd l'envie et l'espoir, il répond à une annonce de Pôle Emploi, qui le met en contact avec une agence de RAI. « Après 18 mois en intérim, je suis passé en CDD, puis en CDI. Donc là, je suis inscrit à long terme dans un métier et ça, en fait, c'est la première fois que ça m'arrive. Quand j'avais vingt ans, je n'imaginais pas la vie après trente ans, ça ne me semblait pas possible, ça n'existait pas... »

À Stains, autre cas de figure, Gwendoline Leriche est restée deux ans sans travailler, malgré son CAP de tailleur de pierre. « J'ai été obligée de demander de l'argent à mes parents ou à des amis. » Sa rencontre avec RAI renouvelle ses perspectives. « Je n'étais pas jugée, j'étais plus écoutée et ils me donnaient des conseils. Au début, ils me laissaient faire comme je voulais et après, au fur et à mesure, ils m'ont dit qu'il fallait que j'essaie d'évoluer de plus en plus pour pouvoir rester dans l'entreprise et signer un CDI. Pourquoi pas un jour monter mon entreprise et faire mon commerce moi-même ? » À Joué-lès-Tours, Joséphine Natta s'est heurtée à tellement de portes qu'elle commençait à « se refermer elle-même » et voir sa vie comme une impasse. « J'ai été vraiment bien soutenue alors que j'aurais pu m'égarer », raconte-t-elle après sa rencontre avec le réseau. D'abord trieur dans un centre de recyclage, puis une suppléante de son chef de cabine, elle accède à cette responsabilité à son tour, accueillant et formant les nouveaux arrivants. « J'ai un mot, c'est “waouh, ma cocotte, tu as réussi“ ! Je me sens moins rabaissée, en fait. Je lève les épaules, je marche droite. » A Saint-Quentin, Gérard Descamps avait du mal à se faire entendre, pour cause de réciproque littéralement. « J'ai essuyé beaucoup de refus de la part des employeurs parce que se présenter seul, en étant sourd... Beaucoup étaient apeurés. Grâce à l'agence, j'ai pu avoir les services d'un interprète, ce qui a réglé le problème de la communication et permis à mon employeur d'être à l'aise. Je me suis senti vivant, j'avais envie. Je me retrouvais sur un pied d'égalité avec mes collègues entendants : pour une fois, je n'étais plus considéré comme le pauvre petit handicapé, qui est un peu moins que rien. Aujourd'hui, même si je suis encore dans une situation un peu délicate, j'ai envie de dire qu'il faut continuer à se battre : c'est ce que je retiens de cette leçon. Qu'il faut continuer à être positif, parce que j'ai besoin de me loger, de me nourrir, parce que j'ai des enfants et que pour ça, je n'ai pas le droit de baisser les bras. » Pour Oumar Lam, arrivé en France en 2008 et suspecté de ne pas savoir faire grand-chose, ça y est : lancé par l'intérim, il a trouvé un ancrage aussi épanouissant pour lui que pour sa famille, au Havre. « Franchement, même mes gosses sont bien. Même au niveau de ma paie, je me sens bien. Donc, il n'y a rien à dire, je regarde ma vie tranquillement, quoi », sourit cet ouvrier, qui apprécie autant les formations sur la sécurité que les stages pour développer ses compétences.


Adecco-L


Des parcours d'exception par un réseau exceptionnel

Autant de paroles d'exceptions pour des parcours d'exception, menés ici par ID'EES Intérim et le groupe Adecco ; en quinze ans, leur association a permis à 80 000 personnes d'accéder à un emploi durable. Leurs cinq autres partenaires ne déméritent pas, tant ils travaillent main dans la main pour lutter contre l'exclusion, dans ce réseau les fédérant tous depuis quatre ans : gouverné par un comité opérationnel mensuel composé de tous les membres, le Réseau Adecco Insertion mutualise des moyens commerciaux et pilote des projets communs de développement concernant la qualité, la formation, la santé et la sécurité. Et tous, vingt ans avant que le social business ait le vent en poupe, en avaient adopté les principes : si ces entreprises ont choisi des statuts commerciaux pour être au plus proche du modèle entrepreneurial, l'ensemble des résultats financiers est strictement réaffecté à l'utilité sociale et à son extension. Leur volonté ? Être un acteur de référence de l'insertion, en respectant les intérêts des intérimaires comme des clients. Levier majeur de cette mise en cohérence, la formation représente un investissement à hauteur de 6% de la masse salariale, soit trois fois plus que l'obligation légale ; chaque intérimaire formé bénéficie ainsi de 60 heures annuelles, en moyenne, pour acquérir savoir-faire et savoir-être de façon très opérationnelle, soit 2,5 fois plus que dans la profession. « Ce qui est visé avec la formation professionnelle, c'est l'emploi coûte que coûte », argue Nadia Oudin, directrice de Janus. « Elle permet d'acquérir les gestes, les compétences mais aussi les codes de l'entreprise. »

À la faveur de cette recherche d'efficacité, démultipliée par une logique partenariale, la stratégie de RAI a pu mettre à profit les impératifs de responsabilité sociale des entreprises (RSE) pour se déployer. Prévoyant une obligation en matière d'insertion de personnes éloignées de l'emploi, les clauses sociales dans les marchés publics ont constitué plus particulièrement une opportunité que les agences du réseau ont saisie. « Il y a 20 ans, dans le cadre de la construction du stade de France, c'est la recherche de sens et d'efficacité qui a construit notre partenariat avec la communauté d'agglomération Plaine Commune », détaille Hichem Azaiez, directeur multi-sites d'Humando. « Ses sept communes reconnaissent notre opérationnalité, ainsi que notre connaissance du public et des entreprises. Avec le développement de la clause sociale, notre partenariat s'est renforcé tout naturellement. » Tour à tour entrepreneurs, accompagnateurs, responsables de formation ou encore gestionnaires, accompagnant chacun 12 équivalents temps plein intérimaires en moyenne, les acteurs de l'insertion vont non seulement chercher le travail là où il se trouve, mais rendent aussi des comptes auprès des partenaires publics de l'emploi.
 

Contre l'exclusion, un panel d'innovations sociales

Alors que les missions locales, Pôle Emploi ou encore les centres communaux d'action sociale sont prescripteurs des personnes en parcours, l'État et les collectivités locales conventionnent les ETTI du Réseau Adecco et en évaluent les performances. Leur participation financière se solde d'emblée par un retour sur investissement plus que positif : pour un euro alloué, taxes, impôts et charges leur rapportent le triple. Par ailleurs, puisque 68 % des personnes sortent de leur parcours d'insertion avec un emploi ou une formation, elles sont autant à libérer les budgets publics de l'aide sociale. Entre développement du réseau et projets de diversification, cet impact devrait être encore meilleur. Nouvelles agences, ouverture à d'autres ETTI, partenariat avec l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) et le fond A2i pour développer l'insertion dans ce secteur en tension, mise en place d'une organisation pour accompagner le projet du Grand Paris, etc. : avec un taux de sortie optimisé de surcroît, plus de 10 000 personnes devraient bientôt être accompagnées chaque année par le Réseau Adecco Insertion. Non, l'exclusion n'est vraiment pas une fatalité !


Plus d'infos
:

Site web : www.adecco.fr

✉ GROUPE ADECCO FRANCE Tour Winterthur 102 Terrasse Boieldieu CS 90057 PARIS LA DEFENSE 92085 PARIS LA DEFENSE CEDEX


Belle histoire de primé racontée par Anne Laure Murier pour le compte de la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur

 
 
Les primés du Grand prix des Bonnes Nouvelles des territoires de 2016 sont... 
 Découvrez la liste des primés du Grand prix des Bonnes Nouvelles des territoires de 2014.